Phil and social science

Philosophie et Sociologie

Accueil / Cursus / Licence / Philosophie et Sociologie
PARTAGER SUR:

La bi-licence « Philosophie-Sociologie » associe l’étude des classiques de la pensée philosophique européenne et islamique à une connaissance approfondie de la société et des structures politiques contemporaines. Ce programme constitue actuellement la seule bi-licence offerte par l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi et permet aux étudiants d’étudier les deux disciplines et d’obtenir un diplôme sanctionnant les deux matières. Sa structure unique est le résultat d’une collaboration étroite entre le Département de Philosophie de l’Université Paris-Sorbonne (qui a été récemment classé comme le meilleur en France en 2011 et 2012 par QS World University Rankings) et le Département de Sociologie, qui possède une riche tradition en sociologie théorique, sociologie économique et théorie du choix rationnel.

Héritière de la Faculté des Arts médiévale de l’Université de Paris, l’Université Paris-Sorbonne possède un héritage de huit siècles dans l’enseignement de la philosophie au plus haut niveau mondial. Au cours du XXe siècle, ses professeurs ont été à l’avant-garde des courants philosophiques les plus importants et les plus novateurs, depuis le positivisme, la phénoménologie, l’existentialisme et la réception française de la philosophie analytique anglo-américaine. Au début du XXe siècle, la Sorbonne a également été l’une des principales universités européennes à développer un programme indépendant de sociologie, avec l’arrivée d’Emile Durkheim comme professeur (1902). A tous les moments de son histoire, la Sorbonne a été au cœur des échanges avec le monde arabe et islamique. Les maîtres de la Sorbonne médiévale ont été les premiers à étudier les traductions latines d’Al Fârâbî et d’Avicenne (Ibn Sînâ). Au cours du XXe siècle, de nombreux philosophes, sociologues et écrivains arabes et musulmans de premier plan ont étudié sur les bancs de la Sorbonne et contribué ainsi au dialogue entre l’Europe et le Moyen Orient, à l’instar de Taha Husayn (1918), futur ministre égyptien de la culture, et Muhammad Hamidullah (1934), originaire de Hyderabad et l’un des traducteurs les plus respectés du Coran.

Pour plus d’informations, merci d’envoyer un message au département (Laurence.Renault@psuad.ac.ae)

Plusieurs cours également accessibles aux auditeurs libres. Cliquez ici pour plus de détails.

 

Le programme d’enseignement se divise en trois types de cours:

Outils fondamentaux (années 1 & 2) : une série de cours communs qui ne sont ouverts qu’aux étudiants de ce programme, et qui incluent des cours d’introduction à la logique et à la pensée critique, la théorie de la décision, le raisonnement scientifique et les fondements de l’éthique.

Majeures de Philosophie et de Sociologie (années 1, 2 & 3) : les étudiants pourront suivre une sélection équilibrée de cours couvrant tous les domaines majeurs de la philosophie ainsi que des sciences sociales et politiques. Ils pourront ainsi acquérir une connaissance solide des principales parties de la philosophie (logique, éthique, philosophie des sciences et du langage, esthétique, philosophie politique), de l’histoire de la philosophie (période ancienne, islamique médiévale, moderne et contemporaine) et développer leurs compétences de lecture et d’analyse dans le but d’être bien préparés à des études de master dans le domaine. La formation en philosophie est complétée par une série de cours fondamentaux dans le domaine des sciences sociales et politiques, ce qui permet aux étudiants de développer leur compétences dans l’analyse et la compréhension des sociétés contemporaines : études sur la globalisation, les mouvements sociaux, la formation et l’évolution des normes, introduction à l’économie, théorie des réseaux et sociologie des organisations, théorie du choix rationnel, etc.

Mineures en Humanités (années 1 & 2) : durant les deux premières années de leur formation, les étudiants pourront approfondir leur culture générale et suivre des cours dans les départements d’histoire, histoire de l’art et archéologie, littérature, sciences de l’information et de la communication, études françaises et langues.

 

L1 L2 L3
Outils fondamentaux

  • Logique et pensée critique
  • Théorie de la connaissance

Majeures

  • Histoire de la philosophie
  • Introduction à l’éthique
  • Introduction aux sciences sociales
  • Sociologie appliquée

 

Mineures

Un choix de quatre cours en histoire, histoire de l’art et archéologie, littérature et science politique.

Outils fondamentaux

  • Théorie de la décision
  • La raisonnement scientifique

Majeures

  • Philosophie ancienne et islamique
  • Philosophie de l’esprit
  • Esthétique : les arts et le beau
  • Stratification sociale
  • Economie et société

Mineures

Un choix de trois cours en histoire, histoire de l’art et archéologie, littérature et science politique.

Majeures en philosophie

    • Philosophie moderne
    • Philosophie contemporaine
    • Théories de la justice
    • Philosophie politique
    • Philosophie comparée

Majeures en sociologie

Penser la science et la technologie
Théorie du choix rationnel
La recherche en science sociale
Pouvoir et société dans le Golfe
Sociologie urbaine

Options

  • Sciences de l’information et communication
  • Introduction au monde antique
  • Langues étrangères
  • Sport
  • Tutorat
  • Travail de terrain
Options

  • Sciences de l’information et communication
  • Etudes aralbes et isamiques
  • Langues étrangères
  • Sport
  • Travail de terrain
Options

  • Argent et religion
  • Etudes arabes et islamiques
  • Langues étrangères
  • Sport
  • Travail de terrain

PHILOSOPHIE (2013-2014)

Jean-Cassien Billier (Doctorat Paris-Sorbonne, 2006), maître de conférences en éthique et philosophie morale. Ancien membre de l’Institut Universitaire Européen de Florence. Il est l’auteur de nombreux manuels sur différents sujets tels que Kant (1998), le savoir et l’ignorance (1999) et le pouvoir (2000). Ses recherches portent sur l’éthique contemporaine, en particulier l’éthique médicale et la question du genre. Son ouvrage Introduction à l’éthique (PUF, 2010) est l’une des meilleures introductions en langue française à l’éthique et à la méta-éthique anglo-américaine contemporaine.

Vincent Carraud (Doctorat Université de Poitiers, 1990), professeur de philosophie moderne. Avant d’être élu à la Sorbonne, il a enseigné à l’université de Caen et a été professeur invité aux université Laval (Québec), Rome (La Sapienza), Chicago et l’Institut Catholique de Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés à la philosophie de l’âge classique en France : Pascal et la philosophie (PUF, 1990); Causa sive ratio. La raison de la cause, de Suárez à Descartes (PUF, 2002) et L’invention du moi (PUF, 2010). Ses recherches portent sur la subjectivité, la tradition cartésienne et la relation entre philosophie et théologie.

Stéphane Chauvier (Doctorat Paris-Sorbonne, 1994), professeur d’éthique appliquée. Après avoir commencé sa carrière à l’université de Caen, il a été nommé professeur d’éthique appliquée et directeur de l’UFR de philosophie de l’Université Paris-Sorbonne en 2010. Ses recherches portent sur la philosophie de l’esprit contemporaine (Dire “je”. Essai sur la subjectivité, Vrin, 2001), la philosophie de la logique (Le sens du possible, Vrin, 2010) et sur la philosophie politique et juridique, en particulier dans le contexte de la globalisation (Du droit d’être étranger. Essai sur le concept kantien d’un droit cosmopolitique, L’Harmattan, 1996; Justice internationale et solidarité, Chambon, 1998 ; Justice et droits à l’échelle globale, EHESS, 2006 ; Éthique sans visage. Le problème des effets externes, Vrin, 2013).

Suzanne Husson (Doctorat Paris-Sorbonne, 1997), maître de conférences en philosophie ancienne, membre du Centre Léon Robin. Spécialiste de philosophie ancienne, ses recherches portent principalement sur la tradition cynique, dont elle tente de démontrer la cohérence philosophique à travers une démarche philologique rigoureuse, ainsi que sur le premier stoïcisme. Elle a dirigé le volume Interpréter le De Interpretatione (Vrin, 2009) et est l’auteur d’une monographie, La république de Diogène (Vrin, 2010).

David Lefebvre (Doctorat Paris-I Panthéon-Sorbonne, 2000), maître de conférences en philosophie ancienne. Avant de rejoindre l’Université Paris-Sorbonne, il a enseigné pendant plusieurs années à l’Ecole Normale Supérieure (rue d’Ulm). Il est un spécialiste de la tradition aristotélicienne, en particulier des commentateurs de l’Antiquité tardive tels qu’Alexandre d’Aphrodise et Simplicius. Membre du Centre Léon Robin, consacré à l’étude de la pensée ancienne, il est l’auteur de nombreux articles dans les meilleures revues d’histoire de la philosophie. Il est également le directeur des Etudes philosophiques, l’une des plus prestigieuses revues philosophiques françaises.

Pascal Ludwig (Doctorat Ecole Polytechnique, Paris, 2001), maître de conférences en logique et argumentation. Ses recherches portent à la fois sur la philosophie de l’esprit (les qualia, l’introspection et les concepts phénoménaux) et sur la philosophie du langage (en particulier la question de la référence). Il est le co-auteur du volume La philosophie des sciences au XXe siècle (Flammarion, 2000, avec A. Barberousse et M. Kistler) et d’une anthologie de textes, Le langage (Garnier, 1997).

Jean-Baptiste Rauzy (Doctorat Paris-I Panthéon-Sorbonne, 1998), professeur de logique et de théorie de la connaissance. Avant de rejoindre la Sorbonne, il a enseigné pendant douze ans à l’université d’Aix-en-Provence. Il est spécialiste de philosophie moderne (en particulier Leibniz), de philosophie du langage et de théorie de la connaissance. Ses recherches ont été consacrées au concept de vérité, et plus récemment au concept d’abstraction. Il est l’auteur de Leibniz. Recherches générales sur l’analyse des notions et des vérités, et autres textes métaphysiques (PUF, 1998) et La doctrine leibnizienne de la vérité (Vrin, 2001). Il a également coordonné la traduction française de la Structure de l’apparence de Nelson Goodman (Vrin, 2005).

Laurence Renault (Doctorat Paris-Sorbonne, 1997), maître de conférences en philosophie moderne. Elle est spécialiste de la pensée de Descartes et de Spinoza, et est actuellement secrétaire du Centre d’Etudes Cartésiennes de la Sorbonne. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur des thèmes majeurs de la philosophie moderne, parmi lesquelles en particulier l’ouvrage Descartes ou la félicité volontaire (PUF, 2000).

Jacob Schmutz (Doctorat de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris,2003), maître de conférences en philosophie médiévale et actuellement chef du Département de Philosophie et Sociologie à l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi depuis 2010. Il a étudié la philosophie, les sciences politiques et l’histoire à Bruxelles, Cambridge et Paris, et a été pensionnaire scientifique de la Casa de Velázquez (Madrid). Il est spécialiste de philosophie du Moyen Age et de la Renaissance. Il travaille actuellement sur les théories médiévales de la croyance dans une perspective comparative (Judaïsme, Islam, Chrétienté). Il est également traducteur, et a fait connaître au public francophone des œuvres d’Eric Voegelin, Niklas Luhmann, Kurt Flasch and Jan Assmann.

Alexander Schnell (Doctorat Paris-Est Créteil, 2001), maître de conférences en philosophie contemporaine. Il est spécialiste de philosophie allemande classique (en particulier Fichte et Schelling) et de la tradition phénoménologique de Husserl, Heidegger jusque Lévinas, à laquelle il a consacré de nombreux ouvrages (Temps et phénomène. La phénoménologie husserlienne du temps, 1893-1918, G. Olms, 2004; De l’existence ouverte au monde fini. Heidegger, 1925-1930, Vrin, 2005 ; Husserl et les fondements de la phénoménologie constructive, J. Millon, 2007 ; Réflexion et spéculation. L’idéalisme transcendantal chez Fichte et Schellin, J. Millon, 2009 ; En deçà du sujet. Du temps dans la philosophie transcendantale allemande, PUF, 2010 ; En face de l’extériorité. Lévinas et la question de la subjectivité, Vrin, 2010; Hinaus. Entwürfe zu einer phänomenologischen Metaphysik und Anthropologie, Königshausen & Neumann, 2011; En voie du réel, Hermann, 2013).

Pierre-Henri Tavoillot (Doctorat Paris-Sorbonne, 1996), maître de conférences en philosophie politique et éthique. Ses premières recherches ont portées sur la tradition philosophique des Lumières en Allemagne (Le crépuscule des lumières, Cerf, 1995). Il se consacre à présent à des questions sociétales contemporaines, en particulier à l’image des individus dans les sociétés contemporaines. Il a également été expert pour le Ministère français de l’Education nationale. Parmi ses publications principales, on trouve un essai sur les effets de l’âge dans les sociétés occidentales, Philosophie des âges de la vie (Grasset, 2007, avec E. Deschavanne) et un traité sur l’autorité, Qui doit gouverner ? (Grasset, 2011).

 

SCIENCES SOCIALES ET POLITIQUES

Renaud Debailly (Doctorat Paris-Sorbonne, 2010), maître de conférences en sociologie. Il est spécialiste de sociologie des sciences et des techniques (structures d’expertise, débats sociaux-techniques, représentations et perceptions de l’impact social et environnemental). Sa thèse a été consacrée à la critique radicale de la science dans la pensée sociologique française depuis 1968. Il a publié plusieurs articles sur l’évaluation des politiques académiques, les nanotechnologies, la perception publique des politiques de la santé, etc.

Pierre-Marie Chauvin (Doctorat Bordeaux, 2009), maître de conférences en sociologie. Il a également été chercheur invité à l’Université Columbia (New York, 2010). Il est spécialiste de sociologie économique, de sociologie visuelle et des médias ainsi que d’analyse du monde du travail. Il est l’auteur de l’ouvrage Le marché des réputations. Une sociologie des Grands Crus de Bordeaux (Féret, 2010) et de nombreux articles spécialisés sur la perception sociale du marché du vin.

Beate Collet (Doctorat EHESS Paris, 1996), maître de conférences en sociologie. Elle est spécialiste des relations interethniques, de la famille et la vie maritale. Elle a mené des recherches approfondies sur la pratique des mariages mixtes et sur les communautés immigrées en France, et elle est l’auteur ou la co-auteure de nombreux ouvrages sur le sujet (parmi lesquels, Mobile Living Across Europe II. Causes and Consequences of Job-Related Spatial Mobility in Cross-National Perspective, Barbara Budrich Publishers, 2010, avec N. Schneider; Couples d’ici, parents d’ailleurs. Parcours de descendants d’immigrés, PUF, 2012, avec E. Santelli).

Pierre Demeulenaere (Doctorat Paris-Sorbonne, 1994) est professeur de sociologie et directeur de l’Institut des Sciences Humaines Appliquées (ISHA) de l’Université Paris-Sorbonne. Après avoir commencé sa carrière de professeur à l’université de Nancy, il a succédé à son ancien maître Raymond Boudon (1934-2013) et a été professeur invité à l’université de Genève. Ses recherches portent sur la sociologie théorique, en particulier dans le domaine de la théorie du choix rationnel, de la théorie des normes et des croyances. Il est l’auteur de Homo oeconomicus. Enquête sur la constitution d’un paradigme (PUF, 1996) et Les normes sociales. Entre accords et désaccords (PUF, 2003). Plus récemment, il a dirigé le collectif en langue anglaise Analytical Sociology and Social mechanisms (Cambridge UP, 2011).

Didier Lapeyronnie (Doctorat Bordeaux 1983) est professeur de sociologie à l’Université Paris-Sorbonne, après avoir enseigné de nombreuses années à l’université de Bordeaux. Ses premières recherches ont été consacrées aux syndicats et la sociologie des milieux étudiants, des immigrés et des banlieues françaises. Il est l’auteur ou le co-auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Campus blues. Les étudiants français face à leurs études (Seuil, 1992, avec J.-L. Marie) ; L’individu et les minorités. La France et la Grande-Bretagne face à leurs immigrés (PUF, 1993) ; et plus récemment, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui (R. Laffont, 2008).

Jean-Christophe Marcel (Doctorat Paris-I Panthéon-Sorbonne 1997), maître de conférences en sociologie. Il est spécialiste d’histoire de la sociologie française et a publié de nombreuses études, en particulier sur Maurice Halbwachs, Emile Durkheim, François Simiand et George Gurvitch. Il est l’auteur de Le durkheimisme dans l’entre-deux-guerres (PUF, 2001) et a dirigé le collectif François Simiand. Critique sociologique de l’économie politique (PUF, 2006, avec Ph. Steiner).

Sébastien Mosbah-Natanson (Doctorat Paris-Dauphine 2007), est professeur assistant de sociologie à l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi. Il est spécialiste d’histoire de la sociologie classique (l’école durkheimienne) et de sociologie des sciences. Avant de rejoindre le Département à Abu Dhabi, il a été chercheur post-doctoral à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Il a codirigé, avec S. Crépon, le collectif Les sciences sociales au prisme de l’extrême-droite (L’Harmattan, 2008), et a publié de nombreuses études sur l’internationalisation des sciences sociales (“The Globalization of Social Sciences? Evidence from a quantitative analysis of 30 years of production, collaboration and citations in the social sciences (1980-2009)”, Current Sociology (1/2013, avec Y. Gingras). Il prépare actuellement un livre sur le “moment 1900” de la sociologie française.

Philippe Steiner (Doctorat Paris-Nanterre, 1984), professeur de sociologie économique. Après avoir enseigné aux universités de Paris-IX Dauphine et de Lille, il a été nommé professeur de sociologie économique à la Sorbonne en 2007. Ses premières recherches ont porté sur les ancêtres de la sociologie française, tels que les Physiocrates et Jean-Baptiste Say (dont il a réédité les œuvres) ainsi que sur la figure fondatrice d’Emile Durkheim (La sociologie de Durkheim, La Découverte, 1994; L’école durkheimienne et l’économie, Droz, 2005). Ses études plus récentes le consacrent comme l’un des principaux penseurs de la sociologie économique contemporaine (Sociologie de la connaissance économique. Essai sur les rationalisations de la connaissance économique, 1750-1850, PUF, 1998; La sociologie économique, La Découverte, 1999). Il a travaillé en particulier sur la perception sociale de la fortune et sur les transplantations d’organes (La transplantation d’organes. Un commerce entre les êtres humains, Gallimard, 2010 ; Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France, Zones, 2011).

Elise Verley (Doctorat Lille, 2003), maître de conférences en sociologie. Elle est spécialiste de sociologie de l’éducation et a consacré ses recherches au rapport entre l’université et le marché du travail en France. Elle a dirigé récemment le volume Les mondes étudiants. Enquête conditions de vie (La Documentation française, 2012, with O. Galland & R. Vourc’h).

 

“Pour battre le marché, engagez un philosophe” (The New York Times, 10 January 1999)

 Les titulaires d’une bi-licence en philosophie et sociologie bénéficient du “meilleur des deux mondes”, à savoir de la créativité et des compétences analytiques fortes héritées de la philosophie, associées à une connaissance intime de notre environnement politique, social et économique contemporain. Il est régulièrement prouvé que les anciens étudiants de philosophie figurent parmi les meilleurs candidats à des tests standardisés de haut niveau tels que le LSAT aux Etats Unis (qui permet d’intégrer les écoles de droit), le GMAT ou le GRE. Ceux qui choisissent de ne pas poursuivre des études de spécialisation en philosophie ou en sociologie réussissent particulièrement bien dans les métiers du conseil, de la stratégie, des ressources humaines et de l’industrie médiatique.

Les titulaires de la bi-licence en philosophie et sociologie sont éligibles pour un choix exceptionnellement large de programme de Master, allant de la recherche pure à des disciplines et compétences professionnelles très appliquées. Parmi les Masters les plus communément choisis par nos anciens étudiants, on trouve :

  • Sciences Politiques
  • Politique et Administration Publique (MPA)
  • Relations Internationales
  • Ressources Humaines
  • Journalisme et Sciences de l’information et de la communication
  • Monde de l’édition
  • Master recherche en sociologie
  • Master recherche en philosophie

Secteurs d’emploi

  • Organisations gouvernementales et non-gouvernement
  • Corps diplomatique
  • Conseil stratégique et planification
  • Ressources humaines
  • Presse, télévision, et toutes autres formes de médias
  • Agences de sondage
  • Etude de marché
  • Education secondaire et supérieure, métiers de la recherche
  • Secteur de l’édition

“La bi-licence en philosophie et sociologie de l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi a eu un rôle déterminant dans mon parcours académique. Elle m’a permis de développer des compétences académiques au plus niveau grâce au suivi personnalisé des professeurs et à la qualité de l’enseignement dispensé. L’université est située dans un pays qui est un carrefour unique des cultures : cela m’a donné l’occasion de développer mes capacités d’adaptation et de découvrir le monde professionnel en vivant et en étudiant en compagnie d’étudiants venus du monde entier. »

Stevan Brodin, diplômé 2013, aujourd’hui inscrit en Master à Montréal

Nous sommes convaincus que les étudiants doivent aussi apprendre en dehors des salles de cours. Tout au long de l’année, le Département organise de nombreuses activités en vue de favoriser la communication et les compétences relationnelles des étudiants, et nous encourageons vivons nos étudiants à participer à de nombreux événements sociaux sur et en dehors du campus de PSUAD.

VISITES DE TERRAIN

Au cours des dernières années, les étudiants inscrits dans la bi-licence philosophie-sociologie ont effectué de nombreuses visites de terrain aux Emirats Arabes Unis afin de mieux comprendre leur environnement immédiat, de partager leurs expériences et de débattre avec des étudiants d’autres universités. Des ateliers et conférences ont été organisées, en particulier avec les universités d’Al Ain (United Arab Emirates University, UAEU), New York University Abu Dhabi (NYUAD) ou l’Université Américaine de Sharjah (AUS). Les étudiants ont visité de nombreux événements dans le pays (la Biennale de Sharjah, la foire du livre d’Abu Dhabi). Dans le cadre d’un enseignement sur le Golfe, les étudiants ont été emmenés à faire un travail d’enquête dans l’émirat de Ras Al Khaimah. Au printemps 2013, un voyage d’études a été organisé à l’Université de Hyderabad (Inde) pour tous les étudiants inscrits dans la bi-licence.

PROGRAMME D’ECHANGE AVEC PARIS

Le Département de Philosophie et Sociologie encourage vivement les échanges pour étudiants entre les campus de Paris et d’Abu Dhabi. Les étudiants inscrits en troisième année à Abu Dhabi ont la possibilité de passer un semestre à Paris, et chaque année, des étudiants de Paris-Sorbonne sont sélectionnés sur critère d’excellence académique pour passer un semestre sur le campus d’Abu Dhabi, ce qui contribue à créer des liens forts entre nos deux communautés académiques.

UNE CULTURE DE L’EXCELLENCE

Le Département veut attirer des étudiants à haut potentiel. Au cours des dernières années, des étudiants du Département ont acquis plusieurs distinctions ou gagné des prix dans divers événements internationaux, en participant notamment à la conférence internationale étudiante SILA (NYU, Abu Dhabi) ou à la simulation de l’OTAN à Belgrade (2013).

SEMINAIRE DE RECHERCHE

Le Département organise chaque année un séminaire de recherche avec des orateurs invités sur des thèmes d’actualité en philosophie et sciences sociales. Les étudiants sont vivement encouragés à participer à ces séances afin de découvrir les tendances contemporaines de la recherche scientifique au plus haut niveau académique. Parmi les thèmes abordés, on trouve des questions d’histoire intellectuelle, de sciences islamiques, de politique publique, des questions sociales telles que l’immigration, l’éducation, l’inégalité dans le marché du travail et le rapports entre les sexes.